Coronavirus et entreprises : des aides en vrac, pour amortir l’impact

Coronavirus aides entreprises

L’impact de la crise sanitaire sur l’activité des entrepreneurs est considérable. Fin mars, BECI menait une enquête auprès de 4725 entreprises belges, afin d’évaluer l’incidence de la crise du Covid-19 sur l’activité économique : « 87 % des entreprises interrogées… rapportent une baisse de leur chiffre d’affaires, et 40 % évoquent une chute drastique (plus de 75 %). La diminution moyenne du chiffre d’affaires des répondants atteint plus de 50 %. En tenant compte de la taille des différentes entreprises interrogées, cela correspond à une réduction des ventes totales d’environ un tiers. » L’enquête révèle également que les PME et TPE (Très Petites Entreprises) sont les plus touchées. Le sondage est rediffusé de manière hebdomadaire et BECI en publie régulièrement  les résultats sur son site.

Afin que les entrepreneurs puissent « se tenir à flot », les différents gouvernements ont pris une série de mesures de compensation financière. Celles-ci sont explicitées sur les sites de divers organismes, dédiés au soutien des entreprises. En voici une synthèse, non-exhaustive.

  • La « Foire aux Questions » (FAQ) du 1819, plate-forme d’information pour tout porteur de projet, décrit l’implication concrète des mesures de confinement et détaille l’ensemble des aides octroyées : droit passerelle, prime régionale, report de cotisations sociales… Cette FAQ est mise à jour quotidiennement. Si vous avez d’autres questions relatives aux mesures prise par les autorités pour secourir les entrepreneurs, vous pouvez contacter le 1819 en semaine de 9h à 17h. Si vous voulez être tenu au courant des modifications des aides ou de nouvelles mesures, n’hésitez pas à ajouter votre nom à cette mailing list.
  • BECI (Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles) a mis en place une cellule de crise pour les entreprises, qui répond à vos questions et vous informe sur des sujets prioritaires, tels que : comment gérer les risques, protéger son activité import/export, conseils pour les employeurs, infos sectorielles… Numéro d’appel d’urgence : 02 533 40 90
    BECI réalise également un focus sur les conditions et la procédure d’obtention de la prime régionale unique de 4000 €.Bonne nouvelle : la Région Bruxelloise a décidé d’élargir cette prime à quelques secteurs supplémentaires qui se trouvaient jusqu’à présent dans le flou, et d’accorder une autre prime unique, de 2.000 euros, aux entrepreneurs et petites entités dont les revenus ont été fortement impactés. Le gouvernement bruxellois va également lancer une aide unique de 3.000 euros par exploitant de taxis ou voitures louées.
  • Le Centre d’Entreprises en Difficulté (CED), hébergé au sein de BECI, aide les indépendants et chefs d’entreprise à dresser le bilan de leur situation professionnelle. Grâce à l’appui d’experts multiples, vous trouverez de nouvelles solutions à vos difficultés. Face aux enjeux socio-économiques et financiers de la crise sanitaire, l’équipe du CED met les bouchées doubles pour vous aider à franchir le cap…
  • Pour les travailleurs intermittents, ceux qui travaillent à la mission, à la pige, à l’extra ou au contrat, aucune aide publique n’a été prévue à ce jour. C’est le cas des personnes, tous métiers confondus, qui s’associent, au travers d’une société coopérative, pour se donner les moyens de développer leur propre activité. Afin de porter collectivement les revendications de ces travailleurs autonomes et de faciliter la solidarité entre eux face à la crise, la coopérative Smartbe a mis en ligne une plate-forme d’entraide pour ses collaborateurs. Cette initiative n’exclut pas la participation de travailleurs « non-smartiens » : « n’hésitez pas à y inviter vos amies et vos voisins si elles ont l’âme coopérative. »
  • La plateforme de soutien aux sociétés coopératives, Febecoop publie une page d’informations « Covid-19 ». Vous y trouverez des conseils  pratiques et des exemples de coopératives qui se ré-inventent, font vivre la coopération et démontrent la résilience des entreprises coopératives en temps de crise.
  • Mesures d’aide sociale : Dans son article « Apporter une aide ciblée aux Bruxellois en difficultés », Nathalie Cobbaut, journaliste pour l’asbl Question Santé, décrit les mesures prises à a fois par le Fédéral, la Région Bruxelloise et la Ville de Bruxelles, pour amortir l’impact financier et social du confinement. Il s’agit notamment de la suspension des expulsions de logement, des coupures de gaz, d’électricité, d’eau, des poursuites pour le recouvrement d’arriérés de paiement, des saisies et des ventes publiques. Et sur le plan fiscal, du report de la perception de l’IPP, du précompte immobilier et de la TVA. « En matière de crédits, une possibilité de report sans frais des échéances hypothécaires a été balisée par le Fédéral en accord avec le secteur bancaire…Quant aux services de médiation de dettes, ils restent en activité, même si les travailleurs sociaux sont appelés à effectuer leur travail à distance. » Selon Jan Willems, responsable du service de médiation de dettes du CPAS de Bruxelles-ville, « Les onze antennes sociales décentralisées du CPAS restent ouvertes, afin d’accueillir les personnes en difficulté sociale. » Le service a également créé des cellules « Loyers » ou «  Indépendants, afin d’accueillir les demandes de personnes ayant des dettes locatives ou de la part d’indépendants frappés par l’arrêt de leurs activités.

Résilience et solidarité

Au-delà de l’inquiétude qu’elle suscite, la crise sanitaire a révélé la grande capacité de résilience des citoyens et leur propension rapide à la solidarité. En un temps record, de nombreuses initiatives altruistes ont vu le jour, notamment pour stimuler l’entraide entre individus et entreprises. Parmi elles, le soutien d’entreprises aux centres de soins : dons de matériel de protection, production de gel désinfectant ou masques, écrans faciaux pour guichets… Une solidarité entre entreprises s’est aussi rapidement déployée : services informatiques (boutiques en lignes, conseils en e-commerce…), tarifs promotionnels des fournisseurs de visio-conférence, de télécommunications ou de mobilité partagée, groupes d’entraide pour le secteur horeca… En parallèle, les plates-formes de solidarité citoyenne se multiplient, pour harmoniser la rencontre entre les offres et les besoins du terrain.

PLUS DE 13.000 INDÉPENDANTS APPELLENT À L’AIDE SUR FACEBOOK

Avril 2020 : Vincent Maillen, indépendant touché par les mesures de confinement, poste un coup de gueule sur sa page Facebook : « On est indépendant, on le sait et on est dans la merde ». La formule fait mouche, entrainant de nombreux commentaires d’entrepreneurs insatisfaits des aides proposées. Vincent Maillen lance alors une nouvelle page Facebook, totalement dédiée à ce ras-le-bol des indépendants « dans la merde » et à leurs revendications.

Reportage Rtbf du 14 avril

STRESS CONFINÉ : UN COUP DE POUCE EN LIGNE

La période de confinement ainsi que ses retombées sur votre entreprise peut générer un trop-plein d’anxiété et de stress, potentiellement préjudiciable à votre santé. L’excès de stress peut en effet impacter la qualité de votre sommeil, de votre alimentation et favoriser le recours à des produits calmants et/ou stimulants (alcool, tabac, médicaments).

Si vous sentez que vous êtes « dans le rouge » (ou presque), l’accompagnement d’un professionnel peut vous aider à passer le cap. Des appuis psychologiques en ligne se mettent en place. C’est le cas, par exemple, de l’initiative « Tout le monde ok ? », proposée par Elke Van Hoof, psychologue clinicienne, spécialisée dans les domaines du stress, du burn-out et du trauma.