Êtes-vous technostressé ?

Depuis l’expansion massive des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), les travailleurs, en ce compris les entrepreneurs, sont confrontés à un nouveau type de stress : le « technostress ». Celui-ci est provoqué par le flux incessant des messages numériques.

L’exposition illimitée aux écrans et à leurs sollicitations peut générer un excès de stress et impacter la santé. « Le cerveau n’est pas adapté aux multitâches et aux sollicitations imposées par les connexions constantes. Les flux continus de messages et de requêtes agissent comme un poison lent, insidieux, avec des conséquences allant, entre autres, de pertes d’attention à une impression d’urgence permanente », précise Antoine Augusti.

De plus, si la multiplication des écrans dans notre environnement professionnel et privé facilite les contacts à distance à tout moment, son corollaire est la raréfaction des vrais contacts personnels.

Comment réagir ?

Se donner des limites pour l’utilisation des écrans protège du technostress et de ses conséquences. Prévoir des pauses permet de prendre du recul, diminue la charge mentale, favorise la concentration et à la reconnexion suivante, le tri des informations se fait plus efficacement. Enfin, passer régulièrement de la réalité virtuelle au monde réel maintient l’équilibre psychique et la capacité de faire face à l’exigence croissante des NTIC.

Quelques pistes concrètes pour éviter l’invasion

  • NE PAS LIRE SES MESSAGES AU FUR ET À MESURE : planifiez des moments pour les lire. Par exemple, mettez votre smartphone en mode « avion » lorsque vous devez réaliser un travail qui nécessite de la concentration. Chaque interruption vous coupe de ce que vous étiez en train de faire et vous devez ensuite vous concentrer à nouveau.
  • NE PAS UTILISER LES E-MAILS COMME UN « CHAT » : pour un dialogue direct, téléphoner est plus efficace.
  • OPTIMISER LA LECTURE DES MAILS : formulez le titre du message le plus clairement possible, standardisez les titres par type de message.
  • SÉLECTIONNER LES OPTIONS STRICTEMENT NÉCESSAIRES : alertes, newsletters, réseaux sociaux… Analysez régulièrement votre messagerie pour l’améliorer.
  • ÉVALUER LE TEMPS NÉCESSAIRE POUR RÉPONDRE : si la réponse à un mail risque d’être longue, préférez le téléphone. Si votre réponse induit une tâche à effectuer, évaluez sa durée et son insertion dans votre agenda.
  • PRIVILÉGIER LE FACE-À-FACE : si l’enjeu est important ou s’il s’agit d’un conflit à régler.
  • DÉCIDER : si vous souhaitez recevoir des messages en dehors des heures de travail, formulez et précisez vos limites.

Si vous êtes accro à votre smartphone

  • DONNEZ-VOUS UN DÉFI : au minimum une fois par semaine, sortez de la maison sans lui, pour une course ou une courte balade. A votre retour, retenez-vous 5 minutes avant de vous reconnecter.  But final : arriver à s’en passer plusieurs heures.
  • PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE OU UNE TECHNIQUE DE RELAXATION (YOGA, TAI-CHI…) : cela permet de vous reconnecter à votre corps et d’écouter vos besoins car les NTIC sollicitent principalement l’activité cérébrale.