Confiance en soi

Confiance en soi entrepreneurs

La confiance en soi est souvent évoquée comme l’un des atouts principaux des dirigeants d’entreprise. En effet, créer son entreprise nécessite une bonne dose de confiance en soi : prises de risques, moments difficiles, échecs et succès ponctuent la création et le développement d’une entreprise. Si les moments de doutes sont fréquents dans la vie d’un entrepreneur, ceux-ci ne doivent pas vous empêcher de concrétiser vos projets. Cultiver votre confiance en vous vous permettra de garder votre motivation et de mettre à profit vos talents.

Vous remettez souvent vos compétences en question ? Voici quelques pistes et outils pour booster votre confiance en vous.

CONSTRUIRE SUR DES BASES SOLIDES

« Ce qui donne confiance aux porteurs de projets, c’est de constater qu’ils mettent des choses en place par eux-mêmes, que ça avance, quand ils sentent qu’ils prennent le contrôle de leur vie professionnelle et de leurs choix. »

Ibtissam Omari, conseillère au Guichet d’Économie Locale Dansaert, Bruxelles Ville.

Pour les entrepreneurs, le manque de confiance en soi peut causer des difficultés, notamment sur le plan relationnel : avec les clients, les investisseurs, les collaborateurs… Chaque critique ou refus est alors susceptible de fragiliser votre estime de vous et de vous empêcher de concrétiser vos objectifs. La perte de confiance en soi peut aussi impacter votre bien-être et votre santé : excès de stress, angoisses, troubles du sommeil, dépression… Si les moments de doute vous encombrent et génèrent du stress, accordez-vous du temps pour faire le point.

Devenir entrepreneur est un changement important qui touche tous les aspects de votre vie. L’obtention de votre statut d’indépendant marque le début du long processus de développement de votre activité. Derrière les plus beaux succès d’entrepreneurs, se cache toute une préparation en amont, la construction d’une base solide.

Le processus de création et de développement d’une entreprise n’est pas linéaire, il est ponctué de hauts et de bas. Le contexte économique et/ou social peut exercer une pression supplémentaire sur vos épaules. N’agissez pas dans l’urgence. En prenant le temps d’évaluer vos points forts et vos points faibles, de bien préparer le positionnement de votre entreprise, vous en assurez la pérennité et définissez le cadre qui régira vos prises de décisions. Avancer à un rythme modéré et réaliste préservera votre résistance au stress sur le long terme.

PRÉVENIR LA SOLITUDE, PENDANT ET APRÈS LA CRÉATION

Créer son entreprise demande de développer des compétences complémentaires qui ne sont pas directement liées à l’aspect métier du projet : analyse de la clientèle cible et de la concurrence, marketing, communication… Seul, vous n’avez pas forcément réponse à tout. N’hésitez pas à solliciter l’appui d’un conseiller ou à vous entourer de partenaires.

La confiance en soi se nourrit des échanges avec vos collaborateurs, votre réseau professionnel, votre entourage familial et social… Afin de limiter le stress et de garder confiance, ne restez pas trop longtemps seul face aux défis qui se présentent à vous. Échangez et confrontez vos idées auprès de personnes positives. Les incubateurs, espaces de co-working, réseaux d’entrepreneurs, formations… sont des lieux privilégiés pour rompre la solitude et favoriser les échanges.

Il existe par ailleurs toute une série d’organismes au service des entrepreneurs. A Bruxelles, l’asbl ILES ainsi que la plupart des Guichets d’Économie Locale (GEL), accompagnent les entrepreneurs en phase de « post-création ».

« La croyance, fondée sur la peur du manque, que l’on doit tout accepter n’est pas sans fondement : on se permet davantage de choisir après quelques années d’activité qu’au début… Mais il est faux de dire qu’au début, on doit tout prendre. »

Anne-Françoise Gailly, coach et formatrice en gestion du temps

L’une des préoccupations principales de l’indépendant est de parvenir à rentabiliser son entreprise. Cet objectif peut vous pousser à accepter toutes les propositions qui s’offrent à vous. Or, le « oui à tout » peut vous mener à la dispersion et à l’épuisement, ce qui aura inévitablement un impact sur votre projet.

Si vous refusez une mission qui ne vous intéresse pas ou qui n’est pas suffisamment payée, vous faites de la place à une autre qui sera peut-être plus intéressante et qualifiante. Vos priorités et objectifs sont le gouvernail de vos choix, revenez-y régulièrement.

CHANGER SA VISION DE L’ÉCHEC

Jean-Marc Colson, coach et formateur en « confiance en soi, intégrité, assertivité », dans le cadre du programme Restart du BECI, observe que la culture européenne a diffusé jusqu’à présent, une image négative de l’échec, qui dévalorise l’entrepreneur « en faillite ». Sous l’effet de cette « culture de la honte », ce dernier ressent souvent une énorme culpabilité, vis-à-vis de ses employés, de sa famille…

Le poids de la culpabilité en cas d’échec – et la perte de confiance qui en découle – peuvent porter atteinte à votre santé, tant physique que mentale : stress excessif, troubles du sommeil, recours fréquent à l’alcool, aux médicaments.

Les ateliers de Restart visent à transformer cette vision culpabilisante de l’échec. Ils suggèrent aux entrepreneurs de considérer celui-ci comme une opportunité d’apprendre, tant sur le métier d’entrepreneur que sur soi-même. En bref, il s’agit de restaurer le droit à l’erreur.

EN SAVOIR PLUS

10 CLÉS DE LA CONFIANCE EN SOI

  • S’ÉVALUER OBJECTIVEMENT : Apprenez à vous connaitre et identifiez de manière objective vos forces et vos faiblesses, vos besoins et vos limites. Investissez en vous-même à travers des coachings, des formations ou des ateliers d’échanges de pratiques, par exemple.
  • SE DONNER DU TEMPS : Pour mener à bien votre projet, prenez le temps de construire des bases solides. Cela vous aidera à préciser vos objectifs et à chercher un appui lorsque cela est nécessaire.
  • OSER DEMANDER DES FEED-BACK: Demandez à quelques personnes de confiance comment elles perçoivent vos compétences (savoir et savoir-être) et votre projet. Sur bases de ces critiques constructives, vous pourrez alors évaluer et réajuster votre fonctionnement le plus objectivement possible, afin de peaufiner votre stratégie.
  • SE FAIRE COACHER : En cours de route, osez demander l’aide d’un professionnel (coach, conseiller en entreprise…) pour faire le point. Son appui vous permettra de vous rassurer, de trouver des solutions aux éventuels problèmes et de développer vos compétences d’entrepreneur.
  • CONSACRER DES MOMENTS AGRÉABLES À  ES PROCHES : Votre vie privée compte autant que votre projet professionnel. N’oubliez pas de consacrer du temps qualitatif à votre famille, à vos amis. Ces moments permettent de vous ressourcer et de relâcher la pression.
  • PRENDRE DU RECUL : Si vous recevez un refus ou une critique de la part d’un client ou d’un collaborateur, ne le prenez pas comme une attaque personnelle. Faites la part des choses : vous pouvez éventuellement apporter certaines améliorations mais cela ne remet pas en question qui vous êtes ou vos compétences professionnelles.
  • DÉVELOPPER SON RESEAU : Nourrissez votre réseau de contacts professionnels et extra-professionnels (hobbies, club de sport, activités associatives, vacances…). Ces relations apportent énergie, stimulations, idées et parfois… affaires. Si la solitude vous pèse, pensez au co-working ou aux réseaux d’entrepreneurs qui favorisent l’échange d’expériences.
  • OSER PARLER DES MOMENTS DIFFICILES : Les moment difficiles, de doutes et de remise en question font partie du processus entrepreneurial. Osez en parler, demandez du soutien et ne restez pas seul ! Dialoguer avec un coach, une personne de confiance ou d’autres entrepreneurs vous permettra de relativiser votre situation, de vous reconnecter au sens et au plaisir de votre travail.
  • CHANGER SA VISION DE L’ÉCHEC : Soyez indulgent vis-à-vis de vous-même et donnez-vous le droit à l’erreur. Envisagez l’échec comme une occasion d’apprentissage pour mieux reconstruire.
  • CÉLÉBRER SES SUCCÈS  Si les échecs sont une occasion d’apprendre, les succès sont le moment idéal pour célébrer vos accomplissements et pour booster votre confiance en vous. Félicitez-vous régulièrement, en parole ou en récompense (thalasso, resto…), surtout après une action concrète fructueuse.

Jean Ribesse – Coach et formateur en entreprise

OUTILS POUR RENFORCER LA CONFIANCE EN SOI

LA MÉTHODE ARC – ARRÊTER, RESPIRER, CHOISIR : En cas de stress ou de panique, arrêtez-vous, respirez calmement pour pouvoir ensuite choisir un meilleur positionnement.

LE PLAN D’ACTION PROGRESSIF : En cas d’échec, observer votre parcours comme un flash-back, avec l’éclairage bienveillant de regards extérieurs, vous permet d’identifier les causes du dérapage et d’adapter vos modes d’action. Sur base de ce bilan constructif, réajustez vos objectifs et traduisez-les en actes, sans pression, en commençant par quelques engagements simples et concrets.

CHECK-LIST : AUTO ÉVALUATION

Évaluer régulièrement votre trajectoire, permet de garder le cap et, le cas échéant, de redresser la barre, tant qu’il en est encore temps. Investir dans une meilleure connaissance de vous-même (vos besoins, vos forces, vos faiblesses, vos limites) consolide votre confiance en vous et facilite vos choix.

  • BILAN PERSONNELAvez-vous confiance en vous, en votre projet ? Quelle image avez-vous de votre travail et, plus largement, de votre vie ? Quels sont les facteurs qui altèrent votre confiance en vous ? Quels en sont les conséquences, sur votre travail, votre vie sociale et privée ? Et sur votre santé ? Votre parcours professionnel a-t-il une influence sur votre confiance en vous ? Vous sentez-vous prêt à être entrepreneur ?
  • POSITIONNEMENT FACE À L’ÉCHEC: En cas d’échec, que ressentez-vous ? Vous considérez-vous comme entièrement responsable ? Qu’est-ce qui ressort de votre responsabilité et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Si vous revenez un instant en arrière, à quel moment cela a-t-il commencé à déraper ? Suite à quelle décision, action ou non-action ? Qu’en retirez-vous ? Si c’était à refaire, comment feriez-vous autrement ?
  • RÉAJUSTEMENT: En cas de perte de confiance en vous, que pouvez-vous mettre en place pour aller mieux ? Quelles sont vos qualités, vos points forts, vos compétences ? Quelles sont vos besoins, vos limites, vos faiblesses ? Comment pouvez-vous en tenir compte et les respecter ? Quels sont vos accomplissements ? Quels sont vos ressources et appuis extérieurs (professionnels ou privés) ? Vos priorités et objectifs sont-ils toujours d’actualité ? Quels actes concrets pourriez-vous poser pour rebondir ?

Ressources

+ Accompagnement : Le Centre pour Entreprises en difficulté (CED)

Le CED a pour mission d’aider les indépendants et les chefs d’entreprise à dresser le bilan de leur situation professionnelle.

+ Accompagnement : ILES/Entreprendre et Réseau des GEL

L’association ILES/Entreprendre ainsi que la plupart des Guichets d’Économie Locale (GEL) ont mis en place un accompagnement post-création.

+ Coaching : Éveilleuse de possibles

Anne-Françoise Gailly, « Éveilleuse de possibles » vous aide à trouver des solutions rapides à des défis concrets.